EnglishFrançais

Ce site a été mis à jour le 14 mars 2017

Imprimer
Analyses scientifiques

Télécharger le PDF


Directives et recommandations concernant la thérapie d'hormone en ménopause

Amos Pines
Department Medicine "T"
Ichilov Hospital, Tel-Aviv

Mai 2009

Comme dans d'autres domaines de la médecine, il aurait été plus facile que le praticien de terrain prenne des décisions thérapeutiques basées sur des recommandations simples et claires sur le traitement hormonal de la ménopause (THM). Malheureusement, ce n'était pas possible ces 6 dernières années, après les résultats de l'étude WHI qui ont été publiée en juillet 2002 et qui ont fait l'objet d'interprétations variables, menant à la destruction du consensus précédent qui proposait que « toutes les femmes ménopausées devraient envisager de prendre le THM ». Après la publication des données de la WHI, beaucoup de sociétés et organismes de santé ont déclaré que le THM était dangereux. D'autres ont recommandé l'utilisation des hormones seulement quand les symptômes vaso-moteurs sont invalidants et ne peuvent pas être maîtrisés par des traitements alternatifs. L'expression « la plus petite dose pour la plus courte durée » est devenue populaire, poussant à une stratégie quasi absurde, à savoir prescrire le THM que pour quelques semaines, et alors l'arrêter en raison des risques potentiels. La Société Internationale de Ménopause fut parmi les quelques organismes qui se sont fermement opposé à ces changements conceptuels des recommandations pratiques, réclamant une approche plus scientifique et rationnelle dans l'analyse et l'exploitation des données de laWHI. Heureusement, la situation a encore évolué en 2007 lorsque les investigateurs de la WHI ont admis que l'âge est un facteur important dans la balance des bénéfices-risques pour les utilisatrices d'hormone. Alors que les complications cardiovasculaires, thrombo-emboliques et le cancer du sein sont les effets délétères principux du THM, il semble maintenant, que seul, le cancer du sein reste un souci majeur bien que toujours controversé. Parce que l'incidence des événements cardiovasculaires et thrombo-embolique est faible avant l'âge de 60 ans, les risques supplémentaires liés à l'utilisaation du THM chez les femmes jeunes ménopausées en bonne santé sont insignifiants ou infimes. Plusieurs Sociétés d'Obstétrique et Gynécologie et de Ménopause, de haut niveau, ont récemment mis à jour leurs recommandations à l'égard du THM, reconfirmant et re-légitimant l'utilisation du THM pour les femmes ayant des signes climatériques tout en rassurant la communauté médicale et le public au sujet de la sûreté du traitement hormonal pris précocement après l'installation de la ménopause.

Ce qui suit sont des citations de rapports de ces Société en 2008:

- L'association américaine des Endocrinologues cliniciens- « ... il semble clair de l'analyse statistique des grandes études  que les  femmes récemment  ménopausés non seulementn'ont pas de risque cardiovasculaire excessif, mais qu'un bénéfice pourrait être montré à l'avenir. ... étant donné les effets  puissants du traitement oestrogénique sur les  symptômes de la ménopause, nous croyons que les médecins peuvent sans risque conseiller aux femmes d'utiliser les oestrogènes pour se soulager des symptômes climatériques ».

- La société nord-américaine de ménopause (NAMS) 2 : « Les données récentes sont en faveur d'une utilisation du THM dès l'installation de la ménopause pour traiter les symptômes de la ménopause,  pour traiter ou réduire le risque de certaines maladies, telles que l'ostéoporose ou les fractures chez les femmes ménnopausées prédisposées,  ou pour les deux. La balance bénéfices-risques du THM  est favorable lorsqu'il est utilisé précocément dans la ménopause mais elle l'est de moins en moins  avec le vieillissement et avec l'intervalle de  temps depuis l'installation de la  ménopause pour les  femmes précédemment non traitées ».

- La Société européenne de Ménopause et d'Andropause (EMAS) 3 : « L'indication principale pour l'utilisation du THM chez les femmes ménopausées demeure le soulagement des signes climatériques... Le traitement diminue de manière significative la perte d'os et le risque de fractures ostéoporotiques... Chez les femmes 50-59-ans un bénéficee cardiovasculaire a une plausibilité élevée ».

- Le Collège  Américain d'Obstétrique et de Gynécologie (ACOG) 4 : « de récentes données suggèrent que le THM  puisse ne pas augmenter le risque de maladie cardiovasculaire dans des populations choisies des femmes qui sont récemment ménopausées... que quelques femmes peuvent avoir besoin d'un traitement prolongé en raison de la persistance des symptômes ».

- La Société Américaine de la Médecine de la Reproduction (ASRM) 5 : Le « traitement  hormonal est le traitement le plus efficace pour modérer les  symptômes vaso-moteurs graves...  Le  traitement  hormonal n'est pas indiqué pour la prévention primaire ou secondaire des événements de maladie coronarienne. En même temps, les femmes périménopausées traitées avec des hormones n'ont aucun risque accru pour les maladies cardiovasculaires ».

- La Société Internationale de Ménopause (IMS) 6 : Obtenir une bonne qualité de vie est un objectif  principal en médecine de la  ménopause, et qui est aussi important que la prévention et le traitement des maladies... Il y a aucun arguent du fait que HRT est le premier choix, et la meilleure modalité d'améliorer la qualité de la vie et de la sexualité dans les femmes postmenopausal symptomatiques... La population de cible pour le déclenchement de HRT est habituellement des femmes jusqu'à l'âge 55... le THM démarré à la période précoce de la ménopause chez les femmes en bonne santé est sûr... Comme toutes les médecines, le THM doit être employé convenablement, mais il est essentiel que les femmes ménopausées tôt qui souffrent des symptômes du climatère devraient avoir la possibilité d'utiliser le THM ».

Le médecin prescripteur doit toujours peser les avantages et les risques potentiels du traitement. Bien qu'un arbre décisionnel pour initier le THM serait d'un grand secours, il s'avère qu'il ne devrait y avoir aucun souci lié à son utilisation pendant 5 ans chez les femmes ménopausées en bonne santé plus jeune que 60 ans. La poursuite du traitement au delà de 60 ans ou pour un plus long terme dépend de l'évaluation de la balance individuelle des avantages et des risques.

References

1) http://www.aace.com/pub/pdf/guidelines/HRTCVRISKposition_statement.pdf

2) Menopause 2008;15:584

3) Maturitas 2008;61:232

4) Obstet Gynecol 2008;112:1189

5) Fertil Steril 2008;90(suppl 3):S88

6) Climacteric 2007;10:181

 

 

 

 
Сделайте правильный выбор! Онлайн или реальные слоты? Играйте на реальные деньги!
займ онлайн